image007

 

 

 

Un peu d'histoire :

 

On appelle la TSF, Télégraphie Sans Fil (transmission du morse) ou Téléphonie Sans fil (transmission de la parole), la radio.

La TSF a débuté à la fin du 19ème siècle grâce aux découvreurs/inventeurs Popov, Hertz, Branly, Marconi, Ducretet, Lee de Forest et bien d'autres.

 

image004

image006

Heinrich Hertz, 1857 – 1894, Allemagne.

Prouve l'existence des ondes électromagnétique en 1888.

Edouard Branly, 1844 – 1940, France

Invente le cohéreur qui réagit à la présence d'une impulsion électromagnétique en 1890.

 

 

image008

image010

Alexander Popoff, 1859 – 1905, Russie.

Inventeur du circuit antenne/terre en 1895.

 

Guglielmo Marconi, 1874 – 1937, Italie.

Il réalise la première transmission radio en morse à une distance de 40m en 1895.

 

 

image012

image014

Eugène Ducretet, 1844 – 1915, France.

Réalise la première transmission française sur 400m en 1897 et sur 4km entre la tour Eiffel et le panthéon en 1898.

Lee De Forest, 1873 – 1961, USA.

Inventeur de la triode en 1906.

 

 

 

 

En 1904, Fleming améliore l'effet Edison sur les lampes d'éclairages et invente la diode à vide dont la cathode est chauffée par un filament.

Il existait déjà plusieurs détecteurs sensibles appelés aussi diode (élément électronique qui ne laisse passer le courant basse ou haute fréquence que dans un sens) pour recevoir la radio, la galène (pierre naturelle à base de sulfure de plomb), le détecteur électrolytique, le cohéreur de Branly etc...

Pour utiliser un poste à galène, il n'y avait pas besoin d'alimentation, l'énergie des ondes radios suffisait.

 

En décembre 1906, Lee De Forest dépose un brevet sur la mise au point de la triode appelé Audion qui révolutionnera la radio, il intercale une grille entre les deux électrodes (plaque et filament de la diode de Fleming afin de contrôler le courant ce qui permet d'amplifier un signal radio), en janvier 1907, il dépose un autre brevet pour la détection par l'Audion.

 

 

image016

Audion de Lee De Forest vers 1910.

Source : The National Valve Museum, HMS Collingwood Museum

 

 

Cette première page présente des TSF alimentées uniquement par batterie qui était la seule source de courant continue disponible car un poste de radio à lampes ne peut fonctionner qu'avec une tension continue, ce n'est que vers 1928 que les premiers postes de radios utilisant l'énergie électrique du "secteur lumière" (courant alternatif venant de la prise de courant classique) arrivent sur le marché.

Dans cette page vous trouverez aussi des postes à galènes.

 

 

Voici quelques récepteurs de radio à batterie (18 appareils) :

 

 

image011

image013

image015

Poste batterie PHAL modèle Le populaire à 4 triodes de 1925.

A gauche avant restauration.

Reçoit PO-GO.

 

 

Poste batterie à deux bigrilles

et détection par galène vers 1926.

Construction amateur.

 

 

 

Alimentation secteur pour poste à batterie DIAFLUX.

Vers 1925.

2 lampes : 1010 redresseurs, 1011 abaisseurs

4 et 80 Volts

 

 

 

Amplificateur BF de puissance à une lampe triode

Société Anonyme des Anciens établissements ANCEL

(Louis Ancel) de 1923.

Alimentation 4V – 80V

 

 

 

Alimentation secteur pour poste à batterie  FERRIX de type RE4 vers 1928.

2 lampes : 1010 redresseurs, 1011 abaisseurs

4 et 80 Volts

 

 

image017

image019

image021

Récepteur batterie 4 lampes dont 1 bigrille

ETAS de 1928.

Reçoit PO-GO.

 

 

Récepteur batterie 6 lampes dont 1 bigrille

assimilé à ANCEL vers 1928.

Reçoit PO-GO.

Récepteur batterie 4 lampes dont 1 bigrille

DUCRETET modèle SM4 Supermodula de 1927.

image018

image018

Récepteur batterie 3 lampes

OLLIMAC de 1927.

Reçoit PO-GO.

 

 

Récepteur batterie 6 lampes dont 1 bigrille

de marque inconnue vers 1928.

Reçoit PO-GO.

Récepteur batterie 4 lampes

Reconstruction moderne avec des composants d'époque

Vue interne

image020

image022

image024

Ondemètre d'ONDIA modèle Le contrôleur de 1925.

Cet appareil permet le réglage des récepteurs de TSF en émettant un signal radio fréquence accordé grâce aux différentes bobines fournie et au condensateur variable.

Il peut fonctionner de 25 à 25000m (12KHz à 12MHz)

Un vibreur fait office d'oscillateur, avec une bonne antenne sa portée est d'une dizaine de mètres.

Cet appareil sert aussi pour les émetteurs, une lampe de 3,6V s'allume lorsque l'émetteur est accordé sur l'ondemètre.

L'appareil est alimenté par une pile ou une batterie de 4V.

 

 

 

 

 

Voici quelques récepteurs de radio à galène.

 

image023

image025

image027

Récepteur à galène de type Oudin

Années 1920.

 

 

Récepteur à galène en carton et ébonite

vers 1925.

 

 

Récepteur à galène en bakélite

JACKSON RADIO modèle By Cristal de 1932.

 

 

image026

Récepteur à galène allemand

LUMOPHON BRUCKNER & STARK

(Fernsprech-App.-fabrik Nurnberg, Licence Telefunken)

Modell C, vers 1927

 

Récepteur à galène dans un coffret en acajou

Années 1920.

Ici, poste fermé.

 

 

Récepteur à galène dans un coffret en bois gainé de papier décoratif

Années 1950.

 

 

 

 

Voici quelques lampes triodes du début de la radio.

 

image029

image031

image033

Triode TM à pointe entre 1915 et 1924.

TM (Télégraphie Militaire)

 

Triode TM à pointe RT (Radio Technique)

R5 entre 1918 et 1924.

 

 

Triode PHILIPS type E de 1922.

 

image035

image037

image039

Triode d'émission SIF (Société indépendante de T.S.F) modèle 75W (TM75)

Entre 1920 et 1925.

 

 

Bigrille TELEFUNKEN T113 de 1928.

Détecteur électrolytique permettant la détection des ondes radios mis au point par le capitaine Ferrié en 1900. Ce modèle n'est pas identifié.

Le détecteur électrolytique sera remplacé progressivement par la galène dès 1907.

 

 

 

 

 

Différentes bandes de radiodiffusions :

 

PO (Petites ondes), OM (Ondes moyennes), AM (Amplitude modulation), MW (medium wave), de 522 à 1620 KHz (USA de 530 à 1710KHz).

GO (Grandes ondes), OL (Ondes longues), LW (long wave), de 144 à 281 KHz.

BE (Bandes étalées), souvent la bande des 49m soit de 5,9 à 6,2MHz.

OC (Ondes courtes), SW (short wave) ou KW, de 1,6MHz à 26,1MHz.

FM (Modulation de fréquence) ou UKW, de 87,5MHz à 108MHz (normes CCIR), 76 à 90MHz (Japon), 64,8 à 74MHz (normes OIRT, Europe de l'est).

RNT (Radio Numérique terrestre), DAB (Digital Audio Broadcasting), T-DMB (Terrestrial Digital Multimedia Broadcasting), de 174 à 240MHz (Bande VHF3), 1452 à 1492MHz (Bande L).

 

 

Différents modes de modulations (liste non exhaustive) :

 

AM (Amplitude Modulation) : Modulation d'amplitude avec une largeur de bande de 6 à 18 KHz (9 KHz pour la radiodiffusion en Europe et 10 KHz aux USA)

NFM (Narrow Frequency Modulation) : Modulation de Fréquence bande étroite avec une excursion de ± 5Khz

WFM (Wide Frequency Modulation) : Modulation de Fréquence bande large (radiodiffusion FM) avec une excursion de ± 75Khz

BLU (Bande Latérale Unique) ou SSB (Single-Sideband Modulation) : Bande latérale Unique avec BLI ou LSB : Bande Latérale Inférieure et BLS ou USB : Bande Latérale Supérieure

CW (Continuous Wave): Télégraphie, morse (décodage à l'oreille pour les initiés du bip bip bip !) avec une largeur de bande inférieure à 1000 Hz.

MDF (modulation par déplacement de fréquence) ou FSK (Frequency Shift Keying) : Sorte de modulation de fréquence pour le numérique qui utilise 2 fréquences pour le 0 et le 1 du binaire.

DRM : Digital Radio Mondiale (radiodiffusion numérique sur les bandes de radio classiques en OC, PO, GO), largeur de bande de 9 KHz à 20 KHz suivant le plan de fréquence.

 

 

 

En cliquant sur les photos, vous pouvez les visionner en grand et les télécharger en 1024 x 768.

En cliquant sur le nom de l’appareil, vous aurez des informations complémentaires telles que les schémas, les anciennes publicités et les documents techniques sous forme d’un fichier PDF ou d'une image JPG.

 

 

 

TSF

Batterie et galène

TSF

Après 1945

Transistors

SONY® Histoire

TV

Divers

Page d'accueil

TSF

Avant 1945

Radio amateur

Trafic et communication

OPTALIX

SONY® collection

Histoire de la TV

La presse

Liens

Audio

Informatique

DX TV

Matériels Vidéo

Mesures